16/02/2008

Une bulle d'oxygène

Bonjour,

Toute une semaine d'après-midi. Quel bonheur et surtout, quelle qualité de vie. Ne plus s'écrouler vers les 21h00 dans son fauteuil et se réveiller le matin sur le coup de 08h00, reposé, frais et en forme (en forme de quoi? vanne pourrie s'il en est...)

Ah oui vraiment,  y'a pas photo, je le dis et le revendique "je ne suis vraiment pas du matin". C'est vrai qu'il est agréable de rentrer à la maison vers 14 ou 15h00, mais je vous garanti que si j'ai le malheur de m'asseoir dans un fauteuil, ben... 5 minutes après, je scie l'entièreté de la forêt de Soigne. Alors, à tout prendre, je préfère avoir fini mon boulot un peu plus tard, mais au moins, profiter de toute ma journée.

Ceci dit, en revenant à la maison vers 20h00 - 20h30, le temps de se relaxer un petit coup et manger, il est vite 22h00 22h30 ce qui ne me laisse pas vraiment de temps libre pour poster les nouvelles. Enfin, s'il y avait vraiment eu quoi que ce soit d'important, je vous aurais tenu au courant hein... Quand même.

Je vous livre toute ma semaine "en vrac". Lundi, 11h51 - 19h39. Comme d'habitude, la feuille de roulement mentionnait la ligne 71. Heureusement, je n'en avait qu'un à faire, le restant du service devant s'effectuer sur du 43 (3 voyages et demi dont un barré Homborch).  Aucun incident à signaler. Ah oui, j'allais oublier, Patrick, j'ai bien fait attention à la place Flagey afin que le massacre ne continue pas... 

Mardi, 11h51 - 19h39. Tout un service uniquement sur le 17. Seulement 7 voyages. A part le bus (un A308) petit suppo pour articulé (comme je les appelle). Bien difficile à conduire donnant bien, mais alors BIEN des chocs au passage de la vitesse, et je ne vous parlerai pas des freins où il était impossible de doser convenablement la pression sur la pédale pour ne pas ressentir de secousses. Un véritable "sabot" ce 8007 (et, comme vous le savez, je n'ai pas pour habitude de me plaindre. Mais là, pour le coup, il y avait à redire...)

Si je ne me trompe, c'est bien mardi que nous irons (Dédé, Cacal et moi) ensemble au restau. Comme je n'avais pas trouvé de place de stationnement sur le parking, vu l'heure tardive de mon arrivée, Pascal m'a gentiment proposé de me conduire à Beaulieu (ben oui, il y a bien des clients qui prennent le bus du square De Meeus à Trône alors je vois pas pourquoi JE ne pourrais pas jouer mon petit fainéant et me faire conduire en voiture du dépôt à Beaulieu. Surtout lorsque c'est proposé en toute gentillesse par mon GRAND AMI Cacal... Na!!). J'ai donc été rechercher ma voiture au parking -4 et pris la place qu'occupait le véhicule de Pascal, juste à la sortie du dépôt (en dessous du premier arbre, à l'ombre...). Ils ne se sont, évidemment pas privés de  « rien faire d’autre que de m’embêteeeeeeeeer » (pour reprendre l’expression consacrée à Gregounet) lorsque je pris mon service à Beaulieu. Pour une fois, j’étais content de voir arriver mon heure de départ. Après sept voyages, j’en avais assez et ma carcasse était contente d’en voir le bout. Non seulement ils sont durs ces petits bus, mais en plus, ils ne sont même pas confortables. Conclusion de la journée : la ligne : bien, le bus : beuark.

Mercredi 11h47 – 19h34. Alors là, pour une journée de « ouf » c’était le pompon de la semaine (y’en a une autre, patience). Une journée de renfort (« Josiane des fruits et légumes est demandée en renfort caisse »). C’est de l’humour, mais c’est presque ça… Première sortie, du 38. Sortie par Longchamp (croisement chée de Waterloo et av W. Churchill) jusqu’au square des Héros. Premier départ, barré jusqu’à… Gossart (arrêt juste avant que l’on vire à droite vers W. Churchill). Pour le demi tour, rien signalé sur la planchette horaire autrement dit « dém… toi ». En découvrant ma planchette avant de sortir du dépôt, je demande à un chef de ligne par où je fais mon demi-tour. Après une certaine hésitation, il me répond sans rire « Tu prends comme le 38, sans utiliser le site propre, et tu vires au carrefour chée de Waterloo / Av W. Churchill). Je ne sais pas si vous voyez bien l’endroit, mais je vais essayer de vous expliquer succinctement la situation.

En arrivant à la fin de l’avenue W. Churchill, se trouve un signal lumineux. Déjà pour simplement virer vers la gauche, cela tient  parfois du miracle d’y arriver. En tenant compte des « pétés » qui sortent du bois comme des malades, des autres malades qui démarrent comme des « pétés » de la chée de Waterloo (dans les deux sens), on ajoutera à cela les trams (des 4000 hein…) qui virent à ce même carrefour. Cela vous donne un bon aperçu de la situation.

J’ai donc dis « oui oui » au chef de ligne et, comme rien n’était spécifié sur ma planchette horaire,  en quittant mon fameux arrêt Gossart, au lieu de virer à droite, j’ai pris à gauche en direction du rond point Churchill où j’ai fais mon demi tour en toute sécurité pour revenir attendre mon heure de départ dans l’autre sens à ce même arrêt Gossart. Ensuite, deuxième départ en barré Bascule et retour au dépôt…

Reprise à 14h13 pour DES 71. Un A/R complet et ensuite, trois fois Ducale – ULB. Je ne vous raconte pas la rage des clients lorsque,  arrivé à Ducale ou, dans l’autre sens, à l’ULB, vous annoncez « terminus eindpunt ». Bien que la destination soit indiquée en grand à l’avant et sur le côté droit à l’extérieur du véhicule. Bien que cette même destination défile à intervalle de  10 secondes, en deux langues, sur le défilant intérieur du bus, vous aurez toujours des clients « distraits » (terme utilisé en vue de rester poli comme demandé dans l’IREB) qui vous engueulent parce que vous ne les avez pas prévenus que vous étiez un « barré ». Il faudrait essayer à chaque arrêt de prendre son public adress et annoncer, ce bus est limité à (suivant le sens) Ducale – ULB. Ce que cela ferait ? Ben, je vais vous le dire moi, ça ferait un demi tour vu le retard pris pour annoncer ce qui est clairement indiqué. Ah oui, j’allais oublier, pour cela, encore faut-il que le micro fonctionne, ce qui n’était pas le cas sur ce véhicule. Je vous laisse imaginer la gueulante à chaque terminus…

Jeudi, 12h55 – 20h14. Du 60 et du 43. Aaaaaaaah ben voila encore un service intelligemment fait.  Reprise sur ligne à 13h23. Comme à l’accoutumée, lorsque je commence aussi tard, je vais donc me prendre un plat chaud au restau. Plat du jour stoemp aux oignons avec trois belles grosses tranches de lard (bien gras… C’est important pour la suite, voir sortie avec le 43). Deux petits allers – retours. Je découvre les changements sur la ligne. Rue Gray, fini la dévi et terminé aussi le Dieweg et la rue Basse. Ancien itinéraire jusqu’à la place St Job pour ensuite continuer toute la chée de St Job jusqu’à Callevoet. Personnellement, je préfère. J’aurais deux incidents, un à chaque tour. Le premier, plus marrant qu’autre chose. J’arrive avant le rdp Churchill (vers Ambiorix), une dame d’un certain âge arrête le bus. Je me range au plus près de la bordure et ouvre mes portes. « Monsieur, vous allez bien en direction d’Ambiorix hein ? » … « Heu… oué Madame, comme c’est indiqué sur le bus, je vais bien vers Ambiorix » … « Oué mais, parfois, les chauffeurs oublient de changer leur indicateur et alors on rate le bus hein… » … « Peut-être Madame, mais dans ce cas précis, l’indicateur donne la bonne direction vous savez » … « Oué, mais parfois c’est pas vrai. Alors je préfère arrêter le bus et demander » … « Heu, Madame, vous montez ou pas ? » … « Non, non Monsieur, moi je dois aller dans l’autre sens, parce que vous savez hein, parfois l’indicateur donne pas la bonne direction hein »  Je voyais dans mon rétro intérieur, les clients présents à bord pliés en deux de rire. Je n’ai pas pu m’empêcher d’en rajouter une couche et de lui demander « Au fait Madame, vous aimez que votre bus soit en retard ? » … « Ben non hein Monsieur, c’est pas gai d’attendre dans le froid hein » … « Alors je vais vous donner un conseil gratuit. Si vous voulez que nous roulions à l’heure, faites-nous confiance en ce qui concerne l’affichage car, si à tous les arrêts, on nous stoppe pour nous poser ce genre de question (j'ai pas osé ajouter « débile »), croyez-moi que nous ne sommes pas prêt d’arriver ». Vous savez quoi… les gens présents à bord ont applaudi.

Voyage suivant, Rue Gray (vers Ambiorix) juste avant le pont et avant d’être remplacé aussi… Je vois que le signal un peu plus loin est dans sa phase rouge (il faut signaler que le feu du pont est défectueux).  J’attends avant le pont que ça de débloque devant et laisse passer les automobilistes. La situation se dégorge et, comme le véhicule venant dans l’autre sens est encore loin de pénétrer sous le pont, je m’engage. Voila que je suis tombé sur un irascible. Il voit pertinemment bien que je m’engage, mais non, il veut absolument bénéficier de SA priorité et s’engage à son tour sous le pont et me bloque. (Pour info, nous sommes tous les deux au milieu du tunnel). Le type me fait signe de reculer, ce qui m’est impossible vu les voitures qui m’avaient suivies. Le type hurle, vocifère en me disant qu’il avait priorité et que je devais reculer et blah et blah. Je lui demande si le bon sens ne pourrait pas primer dans cette affaire et lui demande quel âge il a pour faire de telles gamineries. Les autres voiture derrière lui avaient vu le manège et ne s’étaient pas engagées sous le pont. Il aurait pu donc faire une petite marche arrière pour débloquer la situation. Mais non, pensez-vous…

Bloqué 10 minutes sur place. Je ne vous raconte pas le souk derrière moi jusqu’à la place Flagey. J’essaye de résonner le type, rien n’y fait, il veut que je recule. J’étais sorti de mon véhicule (il n’y avait qu’un client à bord qui essayait, tant bien que mal, de raisonner cet autogoïste). Il a vu le vent tourner en sa défaveur lorsqu’une  dizaine d’automobilistes coincés derrière moi arrivèrent. Tout le monde venant aux nouvelles, je ne me privais pas pour expliquer la vérité (sans la déformer). J’avais mon client qui attestait mes dires. Le gars dans sa voiture, écoutait la chienlit qu’il avait provoquée (au travers de son carreau ouvert d’un demi centimètre). Un certain moment, un automobiliste demanda 15 personnes  pour soulever la voiture du mec. C’est quand il les a trouvé et qu’ils commencèrent à soulever la bagnole pour la déplacer que le type s’est enfin décidé à bouger (j’aurais fais pareil, si vous aviez vu les balaises qui entouraient sa caisse…) Il monta sur la bordure et fila sans demander son reste. Petit coup de fil au dispatch pour l’informer que la situation était débloquée (heu… j’ai pas donné de détails quant au moyen utilisé pour y arriver…).

Remplacement à 17h33 à Shuman et re-sortie du dépôt à 18h32 pour un demi aller – retour sur le 43. Antoine m’accompagnera durant de long morceau. Heureusement qu’il était là pour me changer les idées, mon stoemp au lard ne passait pas vraiment bien et voulait même, à un moment donné, refaire le chemin inverse.... Mais revenons-en à ce 43.  Oui, oui, vous avez bien lu plus haut, Dépôt – Héros – Vivier d’oie – Dépôt,  ½ A/R… J’aurais deux personnes sur ce demi voyage, dont une PMR (personne à mobilité réduite) en chaise roulante pour qui j’ai pu sortir la rampe d’accès. Il est venu avec moi de Callevoet à la rue du Bourdon… Un arrêt. Zen, soyons zen…

Vendredi, 11h47 – 19h59 sur le 34. Oooooh un service sur la même ligne et sans problème. Mais nom de Zeus quel bonheur. Je devrai quand même appeler le dispatch pour prévenir que j’avais raté la rame de 12h03 et que je serai un peu en retard pour mon remplacement de 12h10. La prochaine rame passant à 12h11 à Delta, il valait mieux que mon collègue soit prévenu (question de respect envers lui).

Voila en… 2 – 3 lignes  ma semaine de travail. Lundi, ça recommence fort par un coupé.

Je voulais vous remercier pour tous les messages d’encouragement pour mon joly papa, reçus via les com’s,  par mail ou sms. Aux dernières nouvelles, il se fera opérer le 25 de ce mois. La famille respire un peu mais reste les doigts croisés.

Pour finir, quelques photos prises cette semaine.

Dédé motivé

DédéMotivé

Là, je n'ose même pas imaginer ce qu'il pense.Tout est dans le regard...

DédéMarieLaure

Deux Ravnos frères

DeuxRavnosFreres

Marie-Laure

MarieLaure

Avant / Après

Un agent, avant son service...

AgentAvantService

Le même après son service

AgentApresService

Bon allez, je rigole, les deux photos ont été prises à 30 secondes d'intervalle.

Bon week-end à tou(te)s

DidiBiZzZzOoOanim2

 

12:45 Écrit par A chaque jour suffit sa peine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Trop bon! J'aurais voulu être là lorsque les gars étaient autour de la bagnole! Faisait nettement moins son malin la grosse gueule! Je t'imagine aisément par contre, sourire intérieurement de la situation sur le fin, et ne me dit pas le contraire, je te connais suffisament pour cela! Ravnos va!
Bon week-end mon grand ami Ichou!

Écrit par : DédéSTIB | 16/02/2008

faut croire que tu me connais bien. Je dois avouer en effet qu'intérieurement, j'avais bon...

Écrit par : bachi45 | 16/02/2008

Les commentaires sont fermés.